Moto Guzzi V7 sport 1972

Le V-twin est à la fin des années 60 un moteur encore jeune, aussi Lino Tonti compte bien l'améliorer, L'idée de départ était de construire une V7 capable de courir dans le championnat d'endurance. De Stefani demanda à Lino Tonti de réaliser une moto de moins 200 kgs, pouvant atteindre 200 kms/h et dotée d'une boite 5 vitesses, il fallait faire mieux que les japonais.En 1971 deux prototypes seront présentés, de l'avis du pilote Mike Hailwood c'était une très bonne moto. La V7 sport était née, celle-ci pouvais être commercialisée, car la FIM imposa la fabrication d'au moins 100 motos pour être homologuées en sport production. 150 motos furent assemblées en 1971, ces motos sortirent non pas des chaînes de l'atelier compétition, avec un cadre molybdène ces machines étaient assemblées à la main aussi elles étaient toutes un peu différentes. Les 750 cm3 sont en réalité des 748,8 cm3 afin de rester en-deçà des 750 cm3 imposés par la compétition d'ou l'alésage de 82,5 mm.

Années de production : 1971-1973

Moteur : bicylindre enV transversal, quatre temps, refroidissement par air, lubrification sous pression par carter humide

Distribution : culbuté, un arbre à cames central, deux soupapes par cylindre commandées par tiges et culbuteurs

Cylindrée : 748 cm3

Alésage x course : 82,5 x 70 mm

Taux de compression : 9,8/1

Alimentation : carburateur Dell'Orto VHB de 30 mm

Puissance : 52 ch à 6300 tr/min

Transmission : embrayage bi-disques à sec, boite de vitesses séparée à 5 rapports à commande manuelle par levier, transmission finale par arbre, cardan et couple conique

Cadre : double berceau en acier démontable

Empattement : 1470 mm

Suspension avant : fourche téléhydraulique

Suspension arrière : bras oscillant avec double combiné amortisseur

Pneumatique avant : 3,25 x 18

Pneumatique arrière : 3,50 x 18

Freinage : à commande mécanique

Avant : double tambour double came de 220 mm

Arrière : tambour simple came de 220 mm

Poids à vide : 204 kgs

Vitesse maximale : 200 kms/h

Un alternateur est monté en bout de vilebrequin, l'allumage est confié à un allumeur a deux rupteurs et deux bobines, le petit plus de la V7 sport : une lampe s'allume lors de l'ouverture de la selle et un garde boue arrière articulé permettant une dépose plus aisée de la roue arrière, les coloris et le graphisme des logos ont évolués au cours de sa vie,

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
Marie-Hélène JEAN-TOULLEC .©